La contribution des indignés

Propos de Brian McDonough, directeur de l’Office de la pastorale sociale, 17 nov 2011

  1. Le Mouvement des Indignés nomme les causes principales de la crise sociale, économique et financière actuelle : l’avarice de certains acteurs des marchés financiers, la vulnérabilité du système financier mondial et l’emprise des forces économiques sur les structures politiques.  
  2. Il proclame, dans la tradition prophétique, le genre de monde que nous voulons : c'est-à-dire, un monde où il n’y a plus de gens qui crèvent de faim, un monde où les ressources naturelles sont partagées équitablement, un monde où la nature et ses limites sont respectées, un monde de paix, de justice et de compassion.  
  3. Il redéfinit le débat public : Lorsque nos élus proposeront des lois et des politiques, celles-ci devront dorénavant être évaluées en fonction de leur contribution au respect de la dignité humain, à la promotion du bien commun, et à la sauvegarde de la Terre. Les indignés expriment le rejet – le ras le bol – ressenti par la vaste majorité de nos concitoyens et concitoyennes – à l’égard des lois et politiques qui avantagent économiquement une toute petite minorité de la population. Le mouvement des indignés rappelle alors les revendications (d’il y a dix ans) du Collectif québécois pour l’élimination de la pauvreté, revendications appuyées à l’époque par les évêques du Québec et par de nombreuses communautés religieuses.  
  4. Le mouvement des indignés propose une nouvelle façon de dire notre histoire collective: il offre un récit d’émancipation sociale, économique et politique – et ce récit, implicitement et explicitement, fait appel à l’Évangile.  
  5. Ce mouvement est large : Comme l’Arche de Noé, il y a de la place pour tout le monde, quoique soient l’origine ethnique, la tendance politique ou la tradition religieuse. Il rassemble des gens avec des visions et des expériences de vies très différentes. Il fait appel aussi à la créativité et à l’initiative de plein de gens – et de ce fait, rappelle la parabole des Talents.  
  6. Il est important de souligner qu’il s’agit d’un mouvement, et non pas d’une série de revendications – ou d’une liste d’épicerie -- qui pourrait être satisfaite avec quelques « reformettes ». Le mouvement des indignés réclame des changements de fond, non seulement par rapport à la situation des exclus dans notre société, mais aussi par rapport aux structures sociales.  
  7. Le mouvement établit les liens entre les enjeux locaux et les enjeux mondiaux. Les indignés et leur supporteurs sont en communication constante avec leurs alliés partout sur la planète. Ce qui s’est passé mardi à New York, hier à Toronto et Régina, nous préoccupe aujourd’hui ici à Montréal.  
  8. Le mouvement nous invite à réfléchir sur la qualité de notre vie démocratique et de notre vivre-ensemble dans un contexte politique très difficile. Il nous rappelle que les institutions politiques doivent être fondées sur le respect des personne et doivent chercher le bien commun. Le Compendium de la doctrine sociale affirme que c’est en référence au peuple que les institutions politiques trouvent leur dimension authentique.

Quelle est, selon vous, la contribution du mouvement des indignés?


Entrevue avec Brian McDonough de l'Église catholique de Montréal sur Le mouvement des Indignés. - © 2011 Église catholique de Montréal.
*
*
Veuillez additionner 3 et 9.*