La communauté italienne en pèlerinage à l'Oratoire

2017-09-27

La célébration à l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-RoyalLe dimanche 24 septembre, la communauté italienne de Montréal s'est réunie pour son pèlerinage annuel, organisé par le C.S.I.M. (Conferenza dei Sacerdoti al servizio degli Italiani di Montreal) et qui a lieu depuis plus de soixante ans à l’Oratoire Saint-Joseph.


La célébration solennelle de cette année a été présidée par l'archevêque de Montréal, Mgr Chistian Lépine, entouré de pasteurs de toutes les paroisses et missions italiennes, ainsi qu'en présence du maire de Montréal, Denis Coderre, et du Consul général d'Italie à Montréal, Marco Riccardo Rusconi.

Dans son homélie, Mgr Lépine a exprimé à la communauté italienne sa joie de venir prier avec elle dans la paix du Christ. Il a mentionné comment son admiration pour la communauté italienne a augmenté au cours des années parce que la communauté comprenait des personnes de foi qui continuent de vivre dans des paroisses, devenues de groupes multiculturels. Il a expliqué qu'il existe deux façons de réaliser l'unité entre différentes cultures: la fusion, où l'identité disparaît, et la communion qui enseigne aux gens à vivre ensemble, à travailler et à créer des liens entre eux-mêmes, et à enrichir leur culture, tout en respectant la culture des autres. Mgr Lépine a demandé à ceux qui étaient présents de ne pas oublier que notre vie doit être une vie de prière qui ouvre le cœur aux autres.

Dans l'imposante basilique de l'Oratoire, on pourrait respirer une atmosphère de proximité croissante des fidèles. La célébration était animée par les chœurs unis de toutes les paroisses italiennes, sous la direction de Mme Giovanna Furci accompagnée à l'orgue par Alexandra Fol.

Pour souligner le 375e anniversaire de la fondation de la ville de Montréal (Ville-Marie), la célébration a débuté par un chant de circonstance : « À cause d'une croix » de Robert Lebel.

Par celui-ci, la communauté italienne voulait évoquer le zèle missionnaire de ces hommes et femmes pionniers de la foi, venus de la France, et rendre hommage aux fondateurs de cette ville et de ce grand pays, où ils sont venus pour accomplir leur mission d'évangélisation et planter « la croix ».

La chanson « À cause d'une croix » a également été un hommage à la généreuse ville de Montréal qui a accueilli cette communauté venant d'Italie. Enfin et surtout, ce chant, présenté de manière bilingue, avec des versets en alternance en italien et en français, a rendu hommage aux nombreux prêtres et évêques québécois qui, avec la même générosité et dévouement que les fondateurs, ont continué à perpétuer leur travail missionnaire dans les paroisses italiennes jusqu'à nos jours - et ceci, aussi en italien! Depuis les premières années d'émigration italienne, ces pasteurs ont servi de point de référence, et ont été des compagnons de voyage dans le chemin de la foi.

« Oh oui! Je me souviens! ». Comme certains émigrés disent : « Nous, nés sous l'ombre du clocher de nos villages où une grande partie de notre vie sociale a eu lieu, nous avons grandi sous la direction zélée de nos prêtres. Et cela, nous n'oublierons jamais. »

Revenir

Commentaires

*
*
Veuillez additionner 8 et 4.*